Nathalie Gauthier

Thérapeute spirituelle

438-820-2180

Comment la méditation peut remplacer le sommeil

11 décembre 2019

Lorsque nous disons que la méditation est une façon de se reconnecter avec soi-même ou encore de prendre le temps de respirer et de vivre l’instant présent, personne ne nous contredit. Là où il y a sujet de conversation animée entre amis est lorsque l’on dit que la méditation remplace une nuit de sommeil, qu’elle soigne une dépression, qu’elle prend en charge une douleur chronique et, même, peut nous faire éviter ou diminuer le risque d’Alzheimer ou le déclin cognitif. Et bien oui, les médecins sont en train de nous dire que la méditation a un effet bénéfique dans tous les domaines que je viens d’énumérer et même plus.

 

Mais attention! La méditation ne remplace pas l’avis d’un médecin ni les médicaments. L’effet de la méditation est qu’elle augmente l’efficacité de la médicamentation, améliore le système immunitaire, modifie l’état général du corps physique et psychologique.

 

J’ai écrit ce texte suite à la lecture de plusieurs textes concernant la méditation dans la revue « Cerveau & Psycho » de décembre 2017. Bon ok, j’écris ce texte deux ans plus tard, après la re-lecture de ma revue ;). Je suis comme ça. J’ai acheté la revue voilà deux ans et c’est aujourd’hui que je vous en parle ;). En fait c’est le titre de la revue qui a attiré mon attention « La méditation thérapeutique » 

(source: https://www.cerveauetpsycho.fr/sd/therapie/la-meditation-therapeutique-9956.php

 

Ce n’est pas seulement une mode passagère, nous sommes rendus à un point où la médecine regarde sérieusement les impacts positifs de celle-ci sur le cerveau et le corps dans son entier. Il est mentionné que l’université de Strasbourg ont créer un diplôme intitulé « Médecine, neurosciences et méditation », qui attire des médecins et scientifiques du monde entier. Il est mentionné à la page 55 de cette même revue : qu’en 1979, le professeur Jon Kabat-Zinn, de l’Université du Massachusetts, fonde le premier programme de réduction du stress basé sur la méditation. Avant-gardiste, n’est-ce pas ?

 

Je n’irai pas dans les détails scientifiques pour vous prouver tout ça, car je ne remets pas en cause tout le travail de grande ampleur qui a été fait et qui semble indiquer qu’une bonne discipline de méditation ralentit le vieillissement cérébral. Je vais seulement m’arrêter à la comparaison de l’impact sur le corps physique et psychique lorsque l’état cérébral est modifié par la méditation.

 

Selon l’activité de la journée et même de la nuit, notre cérébral est en activité que l’on définit comme étant des « ondes cérébrals » nommées : alpha, beta, gamma, delta et theta. Ces ondes définissent la vitesse de notre cerveau en nombre de battement par seconde en Hertz (Hz). Cette vitesse change selon l’activité et peut être modifiée de façon consciente par la méditation.

 

Avec un électroencéphalogramme (ECG) on peut voir une représentation graphique nos ondes cérébrales. Voici un exemple graphique des différentes activités.

 

 

 

 

 

 

 

 

(source: www.altermassage.org/ondes-cerebrales/)

 

Maintenant regardons les différents cycles en partant du plus rapide.

 

Gamma (35 à 60 Hz) Traitement d’informations

Le cerveau est en ébullition, il traite de l’informations reçues et permet une intégration des pensés et de tous les apprentissages. Notre corps physique semble être au repos lorsque nous écoutons une émission d’informations ou lors d’une formation, d’un processus créatif ou de résolution de problèmes, mais l’activité intérieure est immense. Il est tout à fait normal qu’après un certain nombre d’heures à ce rythme nous ayons besoin d’une pause. 

 

Beta (12 à 40 Hz) État de veille

État dans lequel nous sommes la majorité du temps. C’est la pensée rationnelle, la liste des choses à faire. C’est la pleine conscience de tout ce qui est. Cet état est important, car il nous aide dans toutes nos responsabilités que ce soit pour payer nos comptes ou lire une carte routière. On y est dans l’instant présent, mais ce n’est pas à ce niveau que nous recevons des guidances intuitives.

 

Alpha (8 à 12 Hz) Sommeil léger

Dans cet état de sommeil léger, on y retrouve les rêves nocturnes. La méditation et la visualisation sont deux techniques pour nous amener consciemment à l’état cérébral Alpha. C’est à ce niveau que nous prenons conscience de nos idées, nos intuitions, notre créativité et nos guidances intuitives. C’est là que commence la connexion à notre âme.

 

Thêta (4 à 7 Hz) Sommeil profond

L’état Théta est celui du sommeil profond. Les enfants sont souvent dans cet état lorsqu’ils sont totalement absorbés par leur jeu imaginaire. C’est l’état de plusieurs guérisseurs pour guérir, par exemple l’hypnose. Dans cet état nous entrons en transe. Nous sommes ouverts à vivre d’incroyables moments de révélation qui peuvent changer notre vie à jamais.

 

C’est dans cet état que j’ai vécu un moment unique qui a transformé ma vie sur ma perception de la Vie. Vous pouvez connaître cette histoire dans Mon histoire.

 

Delta (1 à 3 Hz) Sommeil paradox

Nous sommes en état de sommeil très profond où est-ce que même un détecteur de fumé ne nous réveille pas ;).

Lorsqu’une personne est inconsciente, son cerveau se trouve dans l’état delta.


 

« On ne peut pas résoudre un problème

avec le même niveau de pensée que celle qui l’a créé. »

- Albert Einstein -

 

Je ne considère pas que ma description des différents états est sans contredit la bonne, car d’une source à une autre il y a de légères différences. Une chose est certaine elle donne un bon aperçu et nous permet de voir que la méditation nous permet de voyager en passant consciemment d’un état à un autre.

 

Bonne journée

 

Nathalie Gauthier

Il me fera plaisir de vous répondre dans les plus bref délais.

Image CAPTCHA
Enter the characters shown in the image.