La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Le cycle de la vie

 

De la vie à la mort, de la mort à la vie

 

Quel est le début? Quelle est la fin? Je vois le cycle de la vie et de la mort comme une roue qui tourne, le signe de l'infini.

Avec ce que j'ai vécu lors du décès de mon oncle, une phrase me vient à l'esprit « Le corps n'est tellement rien sans âme » c’est un constat que j’ai réalisé en regardant mon oncle ou plutôt le corps de mon oncle qui ressemblait à un mannequin prêt à s’animer au musée Grévin de Montréal.

Lorsque j’entendais quelqu’un mentionner qu’il était beau en cet instant avec son bel habit que ce qu’il était à l’hôpital, cela m’attristait, car moi c’était le contraire. Il était beau dans ses dernières heures de vie sur terre. Il était en paix avec la Vie. Il accueillait ce passage obligé de la mort pour revivre en être de lumière et poursuivre son chemin de vie. Le voir en paix avec lui-même et la vie, c’est cela qui était beau.

Si on s’arrête à regarder avec les yeux du corps, c’est vrai que ce n’est pas joli, un corps physique asséché, amaigri, cherchant son respire. Mais lorsque l’on regarde au-delà des apparences on voit la vie en la personne. On voit l’âme et la lumière de celle-ci. On la perçoit avec notre cœur et non nos yeux. C’est cette beauté que je percevais dans ce corps où l’âme se préparait à poursuivre son chemin vers sa transformation.

C’est en voyant ce corps dans le cercueil que j’ai compris que le corps n’est tellement rien sans âme. Il manquait quelque chose, il manquait quelqu’un, il manquait la vie.

Quand je repense à ces six derniers mois, je crois que la vie nous prépare au départ d’être cher. Seulement les signes sont parfois tellement doux que nous les percevons à peine ou nous ne les écoutons pas. Voici ce que j’ai vécu pour en arriver à cette conclusion.

Premièrement je crois que la vie nous apporte ce dont nous avons besoin pour notre cheminement et que tout est là devant nous, c’est à nous de regarder avec le cœur, l’intuition pour les percevoir.

À l’automne 2017, j’ai ressenti un besoin d’aller rendre visite à un vieil oncle de 82 ans. Cela faisait des années que je ne l’avais pas vu. Ce besoin revenait sans cesse et de plus en plus présent à mon esprit. Je décide donc de me libérer pour aller le voir. Ce fut une belle rencontre qui restera pour moi de doux souvenir.

En début juin, il était à l’hôpital à cause d’une pneumonie et après trois semaines de médicament avec aucune amélioration de son état de santé il a demandé de n’avoir aucun acharnement médical. C’est ce matin-là que j’ai reçu la nouvelle. Je voulais le voir cette même journée ou le lendemain. Cette fois je n’ai pas mis mon besoin de côté, je suis allé le voir la même journée. J’ai pu lui dire au revoir. Il a pris un nouveau chemin deux jours plus tard.

Selon moi, ce besoin qui revenait sans cesse en moi est la vie qui me préparait à un événement mis sur mon chemin de vie. L’âme sait ce qu’il y a de mieux pour nous. D’où l’importance d’être à l’écoute de son âme, de son intuition.

 

Cher oncle, je sais que vous êtes là, près de nous. Je sais que vous irez dire au revoir à tous ceux qui vous sont chers. Moi, je profite de ce temps pour vous remercier. Je vous dis merci d’avoir cru en moi, d’avoir cru que je trouverais mon chemin à travers mes difficultés scolaires. Merci mon oncle vous êtes pour moi une inspiration.

 

Bon Voyage

Votre nièce Nathalie